dimanche 18 décembre 2016

On est tous égaux même les femmes, épisode 8 : la pute et la sémantique

Celle-ci sera brève, c'est bientôt Noël, on n'a pas trop le temps de changer le monde.
J'ai très souvent entendu dans la bouche des hommes (et même de certaines femmes) dire à propos d'une femme qui a des relations avec au moins deux hommes, soit de manière rapprochée, soit au même moment que c'est une pute.
Pourtant, on sait bien qu'une pute, ou moins vulgairement une prostituée, c'est une femme qui se fait rétribuer pour avoir des relations sexuelles.
C’est pourquoi d'autres préféreront employer à l’égard de cette même femme le terme de salope, qui celui-là n'induit pas de relation d'argent et implique de la part de cette femme une duplicité perverse supplémentaire. Oui, elle le fait par plaisir.
A ne pas confondre avec le versant masculin, le salaud est un homme qui fait souffrir particulièrement une seule femme, en général en la quittant pour une autre. Il est entendu que la femme quittée ne peut pas se remettre de cette perte immense.
Salope et salaud n'ont pas les mêmes significations. C'est troublant. Et discriminant.
Tout le monde sait qu'un homme qui des relations simultanées et/ou rapprochées avec au moins deux femmes, est appelé un séducteur, un coureur de jupon, un homme à femmes
Personnellement, on ne m'a jamais parlé de femme à hommes. Mais il n'est pas exclu que ça existe.
Les mots sont puissants. Ils ordonnent notre pensée et notre monde.
Et je viens de découvrir avec stupéfaction, en ce quatrième dimanche de l'Avent, que le mot pute ne s'applique qu'aux femmes.
C'est pourquoi en cette veille de Noël, je propose bien fraternellement de réparer cette injuste discrimination. 
Oui, je suggère qu'on puisse, nous aussi, abuser le langage.
Et qu'enfin on puisse dire à propos d'un homme qui a des relations nombreuses et multiples avec plusieurs femmes (ou hommes) que c'est :
un pute
un gros pute
un sale gros pute.

Voilà, joyeux Noël.
Liberté, égalité et fraternité dans votre bouche et votre cœur.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire